Share
Tourisme

France urbaine enfin membre du Comité Interministériel du Tourisme

06/06/2019

La commission tourisme de France urbaine s’est réunie le 28 mai 2019 dans les locaux de la métropole Nice Côte d’Azur à Paris.
 

Ses travaux ont porté sur les conclusions auxquelles était parvenu le Comité Interministériel du Tourisme (CIT), une présentation de France Congrès Evénements (FCE) et un retour sur la constitution de l’agence d’attractivité de Toulouse, nommée « Toulouse a tout. »
 
France urbaine enfin membre du Comité Interministériel du Tourisme (CIT)

Christophe Bouchet, maire de Tours et coprésident de la commission tourisme de France urbaine, a ouvert les débats de la commission en revenant sur le Comité Interministériel du Tourisme (CIT) auquel il avait participé le 17 mai 2019. Soulevant le fait qu’il était naturel pour France urbaine d’y participer, puisque 80% du tourisme vient des métropoles et va dans les métropoles, le maire de Tours a décrit le fonctionnement du CIT : présidé par le Premier ministre et en présence d’un nombre important de ministres (affaires étrangères, culture, cohésion des territoires…) et de socio-professionnels du secteur (la députée Frédérique Lardet, Augustin de Romanet, Sébastien Bazin pour le groupe Accor, Philippe Augier, maire de Deauville en tant que président de France Congrès Evénement…), le CIT a concentré ses travaux sur les bons chiffres du tourisme, la capitale française de la culture, demandée depuis longtemps par France urbaine, et l’emploi dans le secteur touristique.
La réunion de ce CIT a aussi été l’occasion pour le Premier ministre de faire le point sur la réforme d’Atout France. Tout d’abord en présentant sa nouvelle directrice générale déléguée, Caroline Leboucher, venue remplacer Christian Mantei lui-même devenu président d’Atout France, puis en expliquant la manière dont allait être réorganisée la structure pour faire face à une baisse budgétaire de 4 millions d’euros : un redéploiement des postes d’expatriés vers les zones du monde cibles (Asie notamment), et la mise en place de partenariats locaux avec des structures privées dans les pays où la présence d’Atoutfrance serait moins nécessaire. Christophe Bouchet invite à faire remonter des sujets à faire passer lors du prochain comité interministériel du tourisme, prévu en novembre 2019. La desserte aérienne des villes hors Paris est un sujet qui pourrait y être évoqué.

France Congrès Evénements auditionnée

La commission a également auditionné Emmanuel Dupart, directeur de France Congrès Evénements (FCE). FCE est un réseau d’élus, de maires et de présidents de métropole, et associe les professionnels. Son rôle consiste à éclairer au niveau national sur les enjeux, les tendances et les comportements dans le secteur du tourisme d’affaires principalement, en lien avec les fédérations et les sociétés savantes. France Congrès Evènements  intervient notamment sur l’organisation de foires, salons et congrès, les réunions d’entreprise ou de lancement de produit.

L’exemple toulousain des agences d’attractivité

L’agence d’attractivité de Toulouse, appelée « Toulouse a tout », a été créée suite à l’interrogation suivante : qui fait de l’attractivité sur le territoire ? Pour Toulouse, une analyse interne s’est imposée pour exister de manière pertinente dans cet univers. Créer une marque territoriale n’est pas une fin en soi mais elle accompagne une démarche interne.
Trois types de gouvernance sont à prendre en compte :

  • Une gouvernance statutaire : l’agence est une Société d’Economie Mixte (SEM), qui fonctionne comme une entreprise. Il faut une entité qui affiche un fonctionnement d’entreprise. La métropole est bien entendu majoritaire et la CCI de Toulouse s’est associée directement (13%). Le « pool » des actionnaires privés a été récupéré de la convention bureau préexistant à l’agence pour associer actionnariat public et privé. Ce sont aujourd’hui 110 actionnaires privés, minoritaires dans le système mais qui jouent un rôle important.
  • Une gouvernance socio-professionnelle : pour entrer dans la logique de la marque partagée il s’agit d’aller au-delà de l’actionnariat en créant un comité professionnel de l’attractivité qui se réunit tous les 2 mois, et dont les conclusions sont reversées au conseil d’administration. Cette approche permet d’associer le territoire.
  • Une gouvernance managériale : elle consiste à garder les spécificités du traitement des cibles tout en trouvant une fertilisation croisée. Lorsqu’on organise un congrès, 10% des visiteurs sont porteurs de proposition. Entre tourisme d’affaire et tourisme de loisir aussi il y a de nombreux croisements possibles. Les soirées de gala par exemple sont l’occasion d’offrir des soirées insolites, différenciantes. Un tandem s’impose avec le délégataire qui vend du mètre carré (de la modularité…) pendant que l’agence vend la destination, de manière à développer la notion de « bleasure : pleasure and business ». En effet, le tourisme de loisir ajoute de l’affect aux négociations sur l’établissement d’une entreprise sur un territoire.

Le budget de l’agence est de 7,5 millions d’euros pour 60 personnes, comprenant les personnels de l’office de tourisme. Elle rassemble ce qui était précédemment le Convention bureau, l’office de tourisme et investinToulouse, qui sont aujourd’hui trois départements de la SEM.
La communication et le marketing ont été mutualisés, ainsi que les directions administratives et financières. La gestion de data relève du marketing. Les statuts des personnels ont été harmonisés autour de la convention tourisme. Le bureau des tournages est inclus autour d’une personne régisseuse qui va accompagner les prospects sur Toulouse. L’agence va au-devant des porteurs de projets dans les deux salons dédiés, où Toulouse s’associe régulièrement avec la région Occitanie.
 

crédit photo : ©Economie Magazine