Share
Enseignement supérieur et recherche

Loi de programmation pluriannuelle sur la Recherche : France urbaine auditionnée

09/05/2019

France urbaine a été auditionnée mardi 30 avril 2019 sur la loi de programmation pluriannuelle sur la recherche.
 

France urbaine a été auditionnée mardi 30 avril 2019 par un comité de réflexion sur la loi de programmation pluriannuelle sur la recherche, mis en place en février dernier par le Premier ministre.
Antoine Petit, directeur du CNRS, Sylvie Retailleau, présidente de l'université Paris-Saclay et Cédric Villani, député de l'Essonne, ont convié les associations d’élus au ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation afin de recueillir leurs appréciations en matière de financement de la recherche et de l’innovation, en plein débat sur le budget européen pour la période 2021-2027.
 
Mustapha El Belgsir, vice-président de la CU du Grand Poitiers délégué à l’Enseignement supérieur, à la Recherche, au Numérique et à l’Innovation, a fait part de la demande constante de gagner en lisibilité en termes de stratégie. S’il a rappelé que l’Etat devait être stratège dans le financement,  il appelle à ce que les projets qui répondent à des enjeux de territoires soient mieux considérés, trop souvent subordonnés aux projets alignés sur des critères compétitifs et concurrentiels.  
 
Cette généralisation des appels à projets compétitifs comme mode de financement de la recherche, que ce soit au niveau européen, national ou régional, a transformé la nature du travail des chercheurs au détriment de la science. Pour permettre aux chercheurs de se positionner exclusivement sur leurs travaux de recherche sans perdre en financement, la mise à disposition d’AMO dont le travail se focaliserait sur la préparation de dossiers et la réponse aux appels d’offre serait une solution viable et pérenne,.
 
En outre, les projets de territoires et les enjeux de proximité doivent être assimilés aux critères de financement. Pour convenir d’un équilibre stratégique entre le local et le national, l’une des solutions pourrait être de trouver un lieu de rencontre entre les appels à projets nationaux et les projets locaux, en appuyant les appels à projet nationaux (différenciés en fonction des régions) sur les SRDEII ou les SRESRI.
 
Espaces de développement économique, de recherche et d’innovation, les grandes agglomérations disposent d’une connaissance globale du territoire qui leur permettent de mettre en réseau chercheurs et entreprises, au profit de projets intégrés à l’amélioration des politiques publiques. Aux côtés de l’Etat et des régions, elles souhaitent faciliter le financement de projets qui fassent la jonction entre stratégies nationales et priorités locales.